Les traitements d’Interception

Les traitements d’Interception

Traitement interception en orthodontie enfant

Les traitements d’interception sont entrepris durant l’enfance. Ils sont prescrits en cas de constatation de problèmes au niveau des dents de lait ou mixtes. L’objectif est alors d’intervenir de façon préventive, évitant que la situation ne s’aggrave, compromettant la santé des dents, celle de l’os et de la gencive sans oublier le développement de la mâchoire. Différents cas peuvent alors se présenter.

 

Traitement d’interception : dans quel cas ?

Un traitement d’interception est préconisé chez des patients de bas âges dont la dentition présente différents problèmes. Voir article sur les traitements précoces en orthodontie de l’enfant. Il existe alors des cas précis où le spécialiste recommande cette intervention :

  1. Les dents du devant sont décalées et béantes, pouvant altérer la mastication, mais aussi l’élocution ;
  2. Les dents du devant et du haut rentrent dans les dents inférieures, engendrant une détérioration précoce de la dentition et pouvant faire dévier la mâchoire ;
  3. Très mauvais positionnement des dents, altérant l’esthétique de la dentition et causant des problèmes fonctionnels. Cela peut également détériorer précocement les dents et la gencive ;
  4. Les mâchoires affichent une largeur très déséquilibrée, provoquant une asymétrie au niveau de la mandibule ;
  5. Espace insuffisant entre les dents et mouvement d’autres dents, compromettant la position des dents à apparaître ;
  6. Interférences constatées entre les dents, provoquant un mouvement intempestif de la mâchoire, accélérant la détérioration des dents et déformant la mâchoire.
  7. Succion chronique du pouce ou d’un autre doigt, à l’origine de mouvements des dents et pouvant déformer les mâchoires.

Face à ces différents problèmes, l’orthodontiste peut intervenir le plus tôt possible, augmentant alors les chances que les dents du très jeune patient puissent se développer le plus normalement possible. Quoi qu’il en soit, il n’est pas toujours facile ni évident de savoir à quel moment le traitement doit être mis en place. Le praticien doit non seulement tenir compte de la situation actuelle, mais également de l’évolution possible des dents et de la face de l’enfant : le visage continue encore de « grandir », de même que les dents. En outre, le développement diffère en fonction de l’individu.

 

interception en orthodontie enfant

Quels objectifs ?

Avant tout, il est nécessaire de définir le traitement d’interception. Globalement, il s’agit de stopper ou de modifier une progression. Ici, il s’agit plus précisément du développement des dents. Le praticien intervient donc de manière précoce afin d’éviter un malpositionnement des dents important, facilitant ainsi les éventuels traitements de correction. Dans les cas les plus extrêmes, cette « interception » offre la possibilité de parvenir à un résultat impossible à obtenir si l’intervention n’avait été effectuée qu’au terme du développement dento-facial.

L’objectif est donc d’anticiper les modifications graduelles, mais irréversibles au niveau des tissus (os et gencive). Le praticien agit alors pendant la phase de dentition mixte (dents de lait + dents définitives), rendant possible la conversation ou la restauration de l’espace dentaire et permettant un bon alignement des dents. En agissant le plus tôt possible, le spécialiste atténue les déséquilibres au niveau des os maxillaires et influence positivement le développement dento-facial.

 

A quel moment ?

Le traitement d’interception est alors réalisé en guise de prévention, mais aussi de freinage des éventuels problèmes orthodontiques constatés chez un jeune patient. Grâce à cette intervention précoce, le développement dento-facial est optimisé et les dents sortent dans les meilleures conditions possibles. La question qui se pose est alors de savoir à quel moment le traitement doit être mis en place.

La première chose à retenir réside dans le fait qu’il n’y a pas de règle spécifique. Il faut, en effet, souligner qu’il n’existe aucun lien entre le développement des os, la croissance des dents ainsi que l’âge du patient. De ce fait, il n’est pas aisé, il est même impossible de déterminer l’âge parfait pour une première consultation orthodontique en vue de mettre en place un traitement d’interception.

Quoi qu’il en soit, si l’on se réfère notamment aux recommandations de l’Association américaine des orthodontistes, il serait judicieux de procéder à une première consultation auprès d’un orthodontiste vers les 7 ans de l’enfant, âge auquel les premières dents définitives font leur apparition. Et il ne faut surtout pas hésiter à demander conseil, à tout âge, surtout si l’on constate que la dentition de l’enfant est vraiment dans un mauvais état.

 

Préparatifs à d’autres traitements

Au-delà de la prévention et de l’interception, le traitement d’interception peut être classé dans la catégorie des soins de « Phase 1 » également appelés « Traitements préliminaires ». En tant que tel, il est mis en place en guise de préparatifs pour un autre traitement correctif. Et dans la mesure où l’action est entreprise durant le très jeune âge du patient, il existe quand même certaines spécificités et limites à prendre en compte. Il faut alors savoir qu’un traitement préliminaire durant la petite enfance peut :

  1. Etre préconisé en vue de faciliter un traitement à venir qui devient alors plus efficace, plus rapide et moins onéreux ;
  2. Exploiter la phase de croissance afin d’atténuer les déséquilibres maxillaires sans qu’une intervention chirurgicale ne soit nécessaire ;
  3. Réduire les risques d’extraction future de dents définitives dans le cadre d’un traitement orthodontique ;
  4. Contribuer à stopper la succion du pouce ou autres doigts ;
  5. Réduire les risques de non éruption de certaines dents définitives ;
  6. Eviter un traitement orthodontique futur en corrigeant efficacement le problème.

Quoi qu’il en soit, le traitement d’interception ne permet pas de garantir que les dents définitives vont avoir un alignement parfait et d’autres traitements peuvent être nécessaires une fois que toutes les dents sont sorties.

Dans tous les cas, il ne faut pas hésiter à demander conseil à un orthodontiste spécialiste sur la nécessité et l’intérêt d’un traitement d’interception et ses spécificités.

 

Laisser un commentaire